vendredi 2 septembre 2016

Le génie des élèves et de ceux qui le furent: l'art d'exaspérer ses collègues.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Ce matin, à 10h30, j'ai récupéré ma classe principale de quatrième cinq. En général, c'est monsieur le principal ou mesdames les C.P.E qui appellent les élèves au micro. Le professeur principal se tient en retrait, prend un air tout à la fois sévère et détendu et les collégiens forment le rang derrière l'adulte. Et puis, lorsque le dernier nom tombe, le professeur enclenche le pas et les petits canards l'emboîtent en rythme, heureux ou pas, ils se dirigent vers la salle de classe. Moi, j'ai un statut un peu spécial. Je suis une sorte de rock star qui se la pète. Le Pete Doherty des arts plastiques, le Joey Star de l'enseignement, le David Bowie de la pédagogie. Moi, on me tend le micro, je m'assieds sur les marches, je me saisis de la liste et, avant d'énumérer les noms, je prends une voix de crooner pour annoncer à qui veut bien l'entendre, que les élèves qui vont suivre vont encore vivre une année de rêve avec un prof comme moi. Que les autres n'ont pas de chance mais que ce n'est pas grave, la prochaine fois peut-être. La vie n'est pas juste, c'est ainsi. Et je commence l'appel. Sous le regard stupéfait de mes deux stagiaires, j'agace mes collègues et je suis content.
Je vous offre le petit texte de rentrée pour ma classe principale et leur première incitation.

3 commentaires:

Blogger Marcus a dit...

Bon, il est évident que les parents de nouveaux élèves vont sûrement avoir un bref moment d'inquiétude en lisant ton (beau) texte. Mais ils seront rassurés (ou pas!) par les parents des anciens qui connaissent l'énergumène qui œuvre dans les Arts Plastiques du collège. Tu fais - et tu le sais - le plus beau métier du monde car tout le monde a rencontré un jour au moins un Monsieur Martinez qui lui a ouvert les yeux. Et on n'est pas peu fier quand on devient le Monsieur Martinez de quelqu'un, ancien élève revu ou pas des années plus tard… Petite pensée pour les élèves qui, de toute leur scolarité, n'ont jamais rencontré un Monsieur Martinez et pour les profs (je n'ai pas dit professeurs) qui ne seront le Monsieur Martinez de personne. Bonne rentrée, Ami !

3 septembre 2016 à 10:40  
Anonymous Karina a dit...

Mouhaha!!
Vue comme ça, elle donne envie la rentrée!

3 septembre 2016 à 21:27  
Anonymous Anonyme a dit...

Très beau texte. Pet-être que monsieur Martinez pourra le lire? C'est vrai, une rentrée comme celle-ci, moi, je signe.

4 septembre 2016 à 08:59  

Enregistrer un commentaire

Abonnement Publier les commentaires [Atom]

<< Accueil